comprendre-attente-generation-z.pngcomprendre-attente-generation-z_social.png

Selon une étude Fitch, ceux que l’on appelle Génération Z constitueront la majorité des consommateurs en 2020. Nés après 1995, les centennials investissent déjà le monde du travail et de la consommation, en modifiant allégrement les règles du jeu.

La génération Z : qui sont-ils ?

Si la génération Y qui les précèdent a fait couler beaucoup d’encre, les Z passent encore inaperçus en Hexagone. Conscients de leur impact imminent sur l’économie, nos voisins outre-Atlantiques les étudient déjà de près. Auto-nommés « slashers », les Z se définissent par plusieurs aspects de leur personnalité, séparés par des slashs. Nés avec l’ère d’Internet et des nouvelles technologies, ils n’imaginent pas leur vie sans smartphone ou Google. Cette hyper connectivité se traduit par une place grandissante du virtuel dans leur vie, un nécessaire besoin de transparence et une défiance vis-à-vis des entreprises et des médias traditionnels.

ALLER PLUS LOIN : Le consommateur moderne est-il trop exigeant ?

Être actif sur le net pour attirer la génération Z

Une présence web est un must pour séduire ces nouveaux consommateurs. Optimisation SEO, blog, réseaux sociaux font partie de la palette d’outils pour intéragir avec les Z. En effet, pour ces derniers, la hiérarchie n’a quasiment aucune valeur. Ils souhaitent donc communiquer d’égal à égal rapidement et s’attendent à des rapports humains. Oubliez les réponses pré-mâchées et misez sur l’authenticité. D’autre part, l’avis de leurs pairs est considéré comme un véritable critère d’achat. Les commentaires, les notes et les avis internet sont donc à optimiser pour être en tête de liste.

Le storytelling et le personal branding, deux concepts venus des Etats-Unis, séduisent cette génération défiante vis-à-vis de l’autorité. Selon un sondage américain, Youtube compte parmi les réseaux sociaux de préférence des Z, avec 93% des 13-18 ans qui regardent des vidéos au moins une fois par semaine, et 54% plusieurs fois par jour. Les interviews, les conseils, les récits, les speechs sont donc des outils forts pour intéresser et fidéliser ces nouveaux clients.

Partage, transparence et co-création : des valeurs fortes pour les GenZ

Véritables autodidactes, grâce notamment aux tutos Youtube, les centennials sont avides de conseils et d’apprentissage. Pour eux, l’école et le diplôme ne constituent pas une fin en soi. Selon une enquête américaine, ils sont plus de 50% à passer leur temps libre à développer de nouvelles compétences. Avec une frontière floue entre virtuel et réel, les marques doivent accompagner leurs clients dans l’acquisition d’aptitudes nouvelles. Par exemple, Leroy Merlin organise de véritables ateliers au sein de ses magasins pour expliquer et conseiller les apprentis bricoleurs, tout en recommandant ses produits.

À mi-chemin entre l’enfant et l’adulte, pour la plupart encore étudiants, ces aduslescents ont un pouvoir d’achat restreint associé à une conscience écologique accrue et à une tendance à la collaboration issue de l’Internet. On assiste donc à un boom du prêt, du troc, de l’échange ou de l’achat d’occasion. Aujourd’hui, des sociétés comme Décathlon explorent ce filon avec le lancement du Trocathon pour revendre ses articles de sport. Dans la même veine, on pourrait facilement imaginer Castorama qui permettrait de revendre sa perceuse ou Ikea de donner une nouvelle vie à ses meubles. 

Cette notion de collaboration ne s’arrête pas là, remonter et recevoir du feedback est une seconde nature. Qu’il s’agisse d’avis internet ou de commentaires, pour le client Z, la communication va dans les deux sens. Habitués aux versions bêta de sites web ou à des produits en évolution continuelle (via des mises à jour), le client Z se sent acteur du développement de l’entreprise. Rien de telle pour évangéliser sa cible que de l’inclure dans le processus de création. On assiste même à la naissance du client-investisseur via les plateformes de crowdfunding.

Création, innovation, entreprenariat sont des mots clé de la génération Z. Ils savent prendre des risques, apprécient le moment présent et ne visent qu’à court ou moyen terme. Les entreprises doivent donc développer des concepts qui viennent satisfaire ses envies d’instantanéité et d’exclusivité. Pop-up stores éphémères, campagnes courtes ou encore produits en quantité limitée ont de quoi enchanter la génération Z.

Elevé par les valeurs du web collaboratif et de la création, le client Z est pragmatique, réactif, co-créateur et hyperconnecté. Pour les attirer, il faudra donc s’adapter aux attentes de ce nouveau groupe de consommateurs en réformant la communication unilatérale, en s’ouvrant avec plus de transparence et en stimulant régulièrement le lien de fidélité.

e-réputation, web-to-store, des problématiques très actuelles pour le marketing